Un cerveau à 100%

Spread the love

Un cerveau à 100%

 

Un cerveau à 100%

Dr Eric Braverman – Thierry Souccar Editions

 

Avez-vous un problème chronique dont vous n’arrivez pas à vous défaire ?

Souffrez-vous  de problèmes physiques, mentaux ou émotionnels chroniques type : obésité, dépression, douleurs, maux de dos, fatigue, ostéoporose, vertiges, troubles de la sexualité, addictions, constipation, difficulté à se concentrer, crises de panique, humeur colérique, impulsivité excessive, impuissance, sautes d’humeur, troubles digestifs…
Et si le problème venait d’un dysfonctionnement de votre cerveau?

Quand on ne se sent pas en forme physiquement, mentalement ou émotionnellement mais que l’on ne trouve pas de solution, il est logique de commencer à remonter à la source du problème : au cerveau et à son fonctionnement, car au final, c’est lui le grand patron et tout part de là.

Lorsque vous consultez pour différents troubles chroniques, la plupart des médecins n’ont pas forcément le réflexe de penser à un déséquilibre de l’activité cérébral mais le docteur Braverman, ancien chef de clinique du prestigieux Brain Bio Center de Princeton, animateur des centres médicaux PATH de New York et Philadelphie et auteur du livre en référence, explique qu’en rééquilibrant le neurotransmetteur dominant d’un patient, sa santé s’améliore sur tous les tableaux et que 9 fois sur 10 les aspects psychiques et émotionnels sont également corrigés.

Il est aujourd’hui possible d’identifier votre nature cérébrale dominante avec les éventuelles carences associées et de rééquilibrer la chimie de votre cerveau .

 

Un véritable générateur d’électricité

Le cerveau fonctionne comme une sorte de générateur d’électricité du corps. Il envoie des signaux électriques ou chimiques dans tout le corps pour alimenter les différents systèmes tout en préservant le psychisme et en orchestrant la santé. Le courant électrique permet au cerveau de coordonner les mouvements, de contrôler la respiration, d’indiquer la faim ou la satiété, la douleur, la joie, la tristesse… A condition de pouvoir circuler correctement…

 

cerveau électrique

  crédits photos : freeimages

Si tout fonctionne normalement, notre santé physique et mentale est optimale. En revanche, au moindre dérèglement, les problèmes surviennent. En vérifiant que la tension électrique du cerveau est bien réglée, c’est comme si on vérifiait tout d’abord que la prise est bien branchée, avant de changer l’ampoule de la lampe.

 

A l’origine était le neurone…

Toute activité cérébrale part d’un stimulus : une pensée ou une information en provenance de nos cinq sens (vue, ouïe, odorat, goût, toucher). Ces informations remontent par le système nerveux central (moelle épinière, tronc cérébral, cervelet et cerveau) dans le cerveau qui va ensuite produire une réponse en renvoyant des messages au corps par ce même chemin.

Dans le cerveau, les signaux entrants ou sortants sont traités au plus petit niveau par les neurones qui sont des cellules spécialisées (nous en avons tous une centaine de milliards). C’est dans la communication entre les neurones que tout ce joue et cette communication se fait grâce à des médiateurs chimiques qu’on appelle neurotransmetteurs. C’est grâce à eux qu’est assuré l’envoi de signaux électriques, d’informations et d’énergie dans le reste du corps.

Ces médiateurs chimiques sont donc indispensables à notre équilibre physique et mental.
Les principaux sont :

  • la dopamine
  • l’acétylcholine
  • l’acide gamma-aminobutyrique (GABA)
  • la sérotonine

Ensemble, ils constituent le code de notre cerveau et leur combinaison fait apparaître la personnalité de chacun.

 

Notre personnalité est chimique !

Selon le docteur Braverman, la chimie du cerveau a un impact phénoménal sur notre qualité de vie. Pour lui, être au mieux de sa forme et profiter pleinement de la vie est la conséquence directe d’un bon équilibre cérébral. Cet état résulte d’une transmission optimale de ces neurotransmetteurs essentiels de notre cerveau. Quand le fonctionnement cérébral est au top, la tension électrique dans le cerveau est élevée, la vitesse de propagation rapide et la rythme constant des ondes synchrones.

 

Connaitre sa nature chimique

Grâce à un test spécifique composé de 200 questions (édité dans le livre en référence) relatives à votre mémoire et votre capacité de concentration, votre condition physique, votre personnalité et vos traits de caractère, il est possible de découvrir quelle est votre nature chimique dominante.

De manière générale, chaque neurotransmetteur est associé à de grandes fonctions :

  • la dopamine est messager de l’énergie et du désir
  • l’acétylcholine nous rend créatif
  • le GABA nous calme et nous rend zen
  • la sérotonine véhicule les sensations de bien-être

 

Trait dominant de la personnalité

Le centre médical PATH de New-York, en collaboration avec d’autres scientifiques de renommée nationale, a récemment publié les résultats d’une étude intéressante portant sur les relations entre le tempérament des personnes et les neurotransmetteurs. Sa conclusion est que chaque neurotransmetteur joue un rôle unique et en fonction de sa présence prédominante ou pas dans notre cerveau, cela crée des tendances de personnalités différentes :

 

NEUROTRANSMETTEUR PREDOMINANT

TYPE DE PERSONNALITE

+ de Dopamine

Extraverti

– de Dopamine

Introverti

+ d’Acétylcholine

Inventif

– d’Acétylcholine

Pragmatique

+ de GABA

Réfléchi

– de GABA

Spontané

+ de Sérotonine

Emotionnel

– de Sérotonine

Cérébral

Ce sont des grandes tendances générales mais en se combinant les uns aux autres, ces différents neurotransmetteurs font apparaître la personnalité de chacun. Nous sommes en fait des êtres chimiques gouvernés par la biochimie de notre cerveau!

 

Tout est une question d’équilibre…

 

équilibre

crédits photos : Steven Storey

Quand la biochimie du cerveau est parfaitement équilibrée, nous sommes en pleine forme physiquement et mentalement. Mais quand un neurotransmetteur est déséquilibré par rapport aux autres, cela modifie en profondeur notre personnalité et notre vie émotionnelle.

Les problèmes arrivent quand l’équilibre est perdu. La baisse des facultés physiques, intellectuelles, les troubles de l’humeur et la plupart des ennuis de santé qui apparaissent avec l’âge s’expliquent par un déséquilibre dans la chimie du cerveau. Notre personnalité, nos émotions mais aussi notre santé en dépendent.

Vers l’âge de 40 ans, en vieillissant, notre corps sécrète moins d’hormones qui régulent la production de neurotransmetteurs. Le stress de la vie quotidienne et nos choix alimentaires sont également des facteurs aggravants possibles. Ce déséquilibre peut être dû à un déficit ou à un excès d’un neurotransmetteur par rapport aux autres.

Nous apprenons à vivre avec ces troubles mais, si on ne réagit pas, avec le temps cela finit par s’aggraver. L’auteur prend l’exemple du pneu légèrement dégonflé de votre voiture. Au début vous ne remarquez rien mais le pneu va s’user de manière irrégulière. Ensuite ce sera le tour des trois autres. Puis des freins et de la direction. Alors qu’il aurait suffit de regonfler un pneu, vous allez devoir racheter les quatre ainsi que les plaquettes de freins, faire revoir le parallélisme et peut-être changer les amortisseurs.

 

pneu crevé

crédits photos : Mike Mozart

Excès ou déficit

Le plus grave est quand il y a excès d’un neurotransmetteur ce qui peut entraîner des troubles psychiatriques sérieux.

En revanche, quand un neurotransmetteur est un déficit, le docteur Eric Braverman décrit  plusieurs profils dans lesquels vous pouvez peut-être vous retrouver : le solitaire ou le procrastinateur (pour ceux en manque de dopamine), l’original ou le perfectionniste (manque d’acétylcholine), l’instable ou le comédien (manque de GABA), l’égocentrique ou l’anticonformiste (manque de sérotonine). Tous ces profils sont décrits plus en détail dans le livre *.

Par exemple, un manque de dopamine peut ainsi entraîner des troubles déficitaires de l’attention, une carence en acétylcholine des troubles de l’apprentissage, en GABA des tendances impulsives ou agressives et en sérotonine des sautes d’humeur ou un état dépressif.

 

Comment détecter si vous avez une carence dans un neurotransmetteur ?

Grâce à un autre test spécifique (proposé dans le livre « un cerveau à 100% ») composé de 115 questions, vous pourrez identifier les carences éventuelles dans un des quatre principaux neurotransmetteurs. Ce test permet d’identifier quel neurotransmetteur domine votre fonctionnement cérébral et quel est celui qui vous fait défaut. Le but ensuite est de mettre tout en oeuvre pour rétablir l’équilibre de ces messagers chimiques du cerveau.

Les solutions à mettre en oeuvre

Il est possible de mettre en place un programme adapté à votre profil faisant appel à des conseils en nutrition, des compléments nutritionnels (acides aminés, vitamines), des suppléments hormonaux et même des médicaments.

Ce programme novateur a été validé par une expérience clinique portant sur des milliers de patients. Il peut vous aider à atteindre une optimisation du fonctionnement cérébral par un rééquilibrage de la chimie du cerveau afin de se sentir au top de vos capacités dans votre corps et dans votre tête.

 

6 façons de rééquilibrer la chimie de votre cerveau et optimiser vos capacités physiques, mentales et émotionnelles

En accord avec votre médecin, il y a plusieurs axes  thérapeutiques sur lesquels vous pouvez jouer du plus léger au plus fort, en fonction de l’importance de votre carence : l’environnement, le mode de vie, l’alimentation, les compléments alimentaires, les hormones et l’électrothérapie.

Les premières solutions sont plus douces pour l’organisme et rétablissent donc un équilibre de la chimie du cerveau avec le temps et la persévérance alors que les dernières (notamment le rééquilibrage à base de médicaments et d’hormones) sont plus agressives pour l’organisme mais plus rapides en termes d’effet.

1 – L’environnement

Plusieurs études ont confirmé que :

  • le plomb perturbe la production de GABA,
  • le cadium (dans la fumée de cigarette) perturbe celle de dopamine,
  • la présence d’aluminium (eau, casseroles et autres ustensiles de cuisine) et l’exposition à la lumière des ampoules fluorescentes inhibe la production d’acétylcholine,
  • les pesticides jouent sur celle de sérotonine.

Dès que vous supprimez de votre environnement un agent néfaste qui agit sur votre carence, vous constaterez une amélioration significative de votre santé physique et mentale.

 

 

cigarette

crédits photos : Raul Lieberwirth

 

2 – Le mode de vie :

Il est de bon sens de penser qu’un climat trop stressant (objectifs irréalistes, tâches monotones, conflits avec un collègue, un supérieur ou son conjoint, accident de la vie…) nuit à notre équilibre chimique cérébral. Certaines modifications dans notre mode de vie peuvent alors progressivement permettre au cerveau de se re-synchroniser naturellement en pratiquant des activités comme :

  • faire du sport
  • pratiquer la sieste
  • pratiquer une activité spirituelle (méditation, chant, prière)
  • voir ses amis plus souvent

Toutes ses activités feront du bien au cerveau en lui permettant de fonctionner plus calmement et de se rééquilibrer naturellement.

En outre, l’activité à privilégier peut être choisie en fonction du neurotransmetteur déficient :

  • jouer aux échecs stimule la production de dopamine
  • écrire une lettre celle d’acétylcholine
  • marcher dans la nature celle de GABA
  • faire de la sculpture celle de sérotonine

 

meditation

crédits photos : Moyan Brenn

3 – Le rééquilibrage alimentaire :

Les aliments ont évidemment une action sur le cerveau. Pour le comprendre, il suffit de penser au besoin de sucres rapides que l’on éprouve quand on est stressé ou à la tasse de café que l’on boit pour rester éveillé.

Les protéines et ses constituants de base les acides aminés représentent pour la chimie de votre cerveau le plus important des trois groupes de nutriments essentiels (lipides, glucides, protéines). Les acides aminés ont un effet direct sur la production de médiateurs chimiques.

Je ne vais pas les lister ici mais le livre du docteur Braverman propose des rééquilibrages alimentaires spécifiques avec la liste de tous les aliments qui vous sont bénéfiques en fonction de votre neurotransmetteur déficient. Apprendre à mieux choisir les aliments en fonction de votre nature vous aidera à améliorer votre santé.

Cependant vous ne constaterez aucun changement au bout de quelques minutes, comme avec certains médicaments, ni au bout de quelques jours comme avec les hormones. Plusieurs semaines seront nécessaires pour modifier votre état général mais cela se fera de façon moins brutale sur l’organisme et plus naturelle.

la durée de ce régime dépendra de l’importance de votre carence : trois jours par mois si elle est légère, trois jours par semaine si elle est modérée et au moins six jours par semaine si elle est forte.

 

nourriture

crédits photos : Pauline Kletti

 

4 – Les compléments alimentaires :

Notre mode de vie interfère trop souvent avec la possibilité de recevoir tous les nutriments dont nous avons besoin. En ne mangeant pas correctement, on affame son cerveau et on ressent rapidement les effets sur nous : irritabilité, difficulté à se concentrer, sommeil…

Heureusement les compléments alimentaires peuvent pallier ses manques de l’alimentation. Ils agissent comme des médicaments. Vous trouverez également dans ce livre les compléments alimentaires adaptés à votre carence en neurotransmetteurs et vous pourrez vous les procurez facilement en pharmacie pour une cure et un rééquilibrage rapide de la chimie du cerveau.

 

 

complement alimentaire

crédits photos : Czubaka

 

5 – Les hormones :

Ce sont des messagers du cerveau qui sont envoyées dans le corps pour contrôler les fonctions spécifiques des cellules et des organes. L’action des hormones sur le cerveau est incontestable et les travaux de recherche et les essais cliniques sur des milliers de patients ont démontré l’effet positif des hormones sur les troubles liés aux déficiences en neurotransmetteur.

En vieillissant , on sécrète moins d’hormones et une hormonothérapie substitutive sous le contrôle strict de votre médecin peut être prescrite dans des cas de ménopause, andropause (l’équivalent pour l’homme), de troubles sexuels, d’ostéoporose, de troubles de l’humeur, de fatigue chronique, d’obésité ou d’altération des capacités cognitives. Demander toutefois à votre médecin de privilégier les hormones naturelles bio-identiques qui proviennent des plantes et agissent en reproduisant exactement  les hormones de notre organisme. Les hormones de synthèse et les molécules hormonales  provenant d’autres espèces animales, proposées en général par les laboratoires, peuvent provoquer des effets secondaires indésirables.

 

 

6 – L’électrothérapie :

Pas de soucis, on est loin de la chaise électrique même si cette thérapie repose sur des appareils qui utilisent la stimulation électrique ou électromagnétique pour intervenir sur les dommages dus à l’environnement et autres facteurs chimiques.

Avec évidemment l’avis de votre médecin et sur une prescription médicale, l’appareil s’achète, se loue et il est parfois remboursé par la sécurité sociale. On peut également pratiquer l’électrothérapie en cabinet, chez un neurologue, un kinésithérapeute ou dans certains services hospitaliers. De bons résultats sont constatés contre les douleurs chroniques, le traitement de l’anxiété, de la dépression, de l’insomnie voire maladie d’Alzheimer.

 

 

* Un cerveau à 100% de Dr Eric Braverman – Thierry Souccar Editions

 

 

Cet article vous fait réagir ou vous voulez témoigner de votre expérience? N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Merci d'avoir lu cet article. Pour aller plus loin, recevez gratuitement "Boostez votre cerveau", le guide qui rend plus intelligent!


 

About the Author

David Barbion
Thérapeute, coach, formateur, conférencier spécialisé en hypnose et thérapies brèves et auteur du blog www.jecontrolemoncerveau.com

3 Comments on "Un cerveau à 100%"

  1. Bonjour,

    Je découvre votre article et j’ai beaucoup apprécié car je me suis « reconnu » sur certains points. Je vous rejoins sur le fait que notre cerveau peut nous aider dans beaucoup de domaines. J’ai moi-même combattu et vaincu 3 cancers et bien entendu j’ai appliqué et suivi les traitements médicaux, « chimio, etc » mais j’ai utilisé mon cerveau et sa capacité a rester positif dans ces circonstances pour m’aider à guérir de ces 3 cancers. J’ai continué faire du sport, je suis allé au travail, même pendant les traitements de la chimio… Ma deuxième expérience dans laquelle mon cerveau m’a aidé et sur le plan physique. A l’âge de 16 ans j’étais un peu la « risée » du collège avec un poids de 55 kilos pour une taille de plus de 190 cms. Je vous laisse imaginer. La de la même façon, je suis passé en mode positif, et durant 9 ans je me suis entrainé durement pour transformer mon corps et fabriquer du muscle et là idem, j’ai transformé ce corps maigrichons en un corps musclé avec plus de 110 kilos de muscle. J’aurais d’autres anecdotes sur le sujet, mais la n’est pas le propos, je voulais apporter un témoignage ou exemple de la capacité du cerveau humain à changer les choses. Merci.

  2. Bonjour David,

    j’ai toujours pensé que les expériences étaient bonnes à partager si elle pouvait aider les autres et ce que j’essaie de faire au quotidien. Très belle journée à vous.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*